Comme un lundi

* petit intermède au milieu du récit qui n’en finit plus de mon voyage au Japon *

Y a des jours comme ça, des jours où on reçoit un courrier recommandé, et comme tout bon recommandé qui se respecte ça ne fait pas plaisir (mais pourquoi personne n’a envie de dépenser 4€ de recommandé avec accusé de réception pour m’annoncer une bonne nouvelle?). Bon je vais survivre hein, ça n’est qu’une sombre histoire d’une banque qui aime jouer les gros durs avec plus petit que lui, mais la motivation de cette journée ensoleillée est retombée comme un soufflet.

Du coup, au lieu de ressasser tout ça, j’avais grand besoin d’une activité mécanique où on ne réfléchit pas plus loin que le bout de son nez. Ça tombe bien, un colis qui traîne dans l’atelier depuis quelques jours : j’ai enfin testé les 45 guirlandes reçues la semaines dernière.

Imaginez-moi assise par terre à côté de la prise, ça donne ça : on ouvre une boîte, on branche, on regarde les LEDs briller, on débranche, on remet dans la boîte et on recommence. Un peu plus rapide que les 55 guirlandes à piles que j’ai testées avant le grand voyage : on déchire la boîte, on ouvre le boîtier à piles, on met les piles (dans le bon sens), on allume, on regarde briller (ou pas), on éteint, on enlève les piles, on referme le boîtier à piles, on remet dans la boîte et on recommence. La vie d’entrepreneur prend parfois des tournures inattendues.

Heureusement, je sais qu’un jour ces tristounes guirlandes à LEDs seront transformées en guirlande d’origami, cela suffirait-il à me remonter le moral?