Voyage au Japon : Kyoto, visites – part 2

(4 mois plus tard)… la suite! la suite!…

Nous avons fait 2 « escapades » en dehors de la ville, la 1ère pour visiter Arashiyama tout près de Kyoto, et la 2ème pour aller à Nara, passage obligé quand on est dans la région de l’ancienne capitale : la ville des daims!

Arashiyama : la promenade n’a pas très bien commencé, en sortant de la gare, on est emporté par la foule vers le musée voisin où l’on peut acheter des billets pour le train Torokko, pour faire une promenade bucolique. On se poste donc dans la longue queue qui patiente pour acheter ses billets. Plusieurs annonces en japonais suivent, sans traduction (comment ça je suis sensée comprendre le japonais?), mais bon, on attend. Enfin arrivés au guichet une bonne demi-heure plus tard, on nous annonce que les 2 trains suivants (1 par heure) sont complets… Hésitation, remords, on a finalement laissé tomber, sans regret, mais sur le coup, c’est rageant de faire la queue pour rien.
Arashiyama
Du coup, promenade à pied dans le village, on a visité le magnifique jardin du temple Tenryu (aaahh les cerisiers en fleurs, on ne s’en lasse pas!), puis promenade dans la montagne, avec des panoramas somptueux, et le long de la rivière Katsura, je conseille vraiment cette promenade bucolique plutôt que le petit train (que je n’ai pas fait, donc que je ne devrais pas juger, je sais!). Je vous épargne notre premier « selfie » réussi avec comme fond un bout de la rivière : il faut encore que je m’entraîne pour réussir à prendre ma tête et avoir un bel arrière plan (et de ne pas avoir l’air crispée).
Arashiyama
Enfin, retour dans le village et la foule en passant par le pont Togetsu  (je m’en serais passé : un monde fou, des cars, des embouteillages, alors que nous quittions à peine la quiétude du bord de la rivière)

Lors de notre journée à Arashiyama, une découverte que nous allons vérifier pendant tout le séjour : il n’y a pas de poubelles dans les rues! A chaque coin de rue, un distributeur de boisson, avec accolé une poubelle à bouteilles (attention, une pour les canettes et une pour les bouteilles en plastiques!), mais pas de poubelle normale, du coup, on finissait toujours par rapporter nos papiers gras et plastiques à l’hôtel, c’est quand même étrange pour un pays si propre. Comment font les japonais?

Nara - cornes
Nara : c’est quand même inévitable de passer à Nara, et je ne regrette pas. Pour ceux que la visite intéresse, vous trouverez plein de conseils un peu partout sur le net (Eydna y a même fait une rencontre avec un vieux japonais curieux : je n’en ai pas rencontré cette fois, mais à mon 1er séjour, je n’avais échangé qu’avec de vieux japonais curieux, faut croire que les jeunes ne sont pas curieux!), je ne vais donc pas faire une liste des choses à voir à Nara, tout est à voir!

On a particulièrement aimé le champ de lanternes, Nara - lanternes
et évidemment les daims. Enfin à vrai dire, à partir du moment où l’un d’eux a voulu bouffer la carte de la ville que je tenais en main, je n’ai plus rien voulu avoir en main de peur de me refaire attaquer. Nara daim
Parce qu’on ne le dit pas assez, ils ont l’air mignon comme ça, mais les daims ne sont pas très diplomates…Comme ce sont des divinités, on n’a pas le droit de le dire, mais les panneaux parlent d’eux-même…

Nara - attaque de daims Nara - attention daims

Et voila, après notre départ de Kyoto, nous sommes remontés vers le nord, direction Tokyo. Et là c’est le drame : les cerisiers ne sont plus en fleurs…. et les glycines pas encore écloses… Seulement quelques jours de plus à Nara et on aurait eu une explosion de dégradés parmes, snif, plus qu’à prévoir un autre voyage…
Nara - préglycinesLa suite, ça sera en vrac : de l’origami, du papier, Tokyo, du papier, le mont fuji, du papier et du tissu!

Pour lire les débuts du « Voyage au Japon » : l’avion, une nuit au ryokan, Kyoto part 1.