sac à langer, 4ème ( et dernier ! )

sac à langer

Cette année, mon mois d’août a été intensif en couture. La cause? Une petite fille très attendue pour la fin du mois, et comme d’habitude, des difficultés à commencer en avance ce cadeau de naissance.

J’oublie à tous les coups le temps que prend la confection d’un sac à mille poches… Mais le sac à langer devant traverser la mer pour arriver à bon port, il a bien fallu que je me booste pour qu’il arrive à temps avant le périple à la maternité! sac N Comme toujours basé sur le même tuto, mais après 4 versions (la première et la 3ème n’ayant pas eu les honneurs d’apparaître ici) je m’en inspire assez librement.

Il a comme le précédent un rabat décrochable qui peut servir de tapis à langer. Pourquoi d’ailleurs mettre ce tapis en rabat m’a demandé le futur papa? Pour ne pas avoir à le mettre dans le sac pardi! sac N tapis Pour que le rabat ne soit pas trop inesthétique, j’ai transformé la forme trapèze initiale en rectangle. C’est un peu mastoc visuellement, mais on ne peut pas tout avoir…

La sangle étant accrochée trop bas par rapport au haut du sac, il a fallu trouver une astuce de dernière minute pour ne pas que le sac fasse un salto à chaque utilisation, d’où les pressions et la languette pour maintenir la sangle. C’est vraiment un système D, la prochaine fois (…quelle prochaine fois?) il faudrait limiter la longueur du zip central pour éviter ça. Ou bien laisser tomber la sangle…! sac N poignets Une poche devant et une poche plate derrière ; une poche (détachable) et une triple poche élastiquée dedans, comme sur le modèle d’origine.   sac N pochesLe sac est arrivé à bon port et la petite fille également!

En conclusion, et comme après les 3 réalisations précédentes, je me suis jurée que c’est la dernière fois que je couds ce sac : trop de poches, trop de zips, trop de galères pour tout raccorder… c’est ch**nt de coudre un sac en fait…

Finalement, c’est quand même plus simple de coudre un vêtement…! Aussitôt dit, “aussitôt” fait… (à suivre)

1 an vs 1 jour

Robe (Butterick) homemadeIl était une fois l’histoire de ma première “vraie” robe cousue (la première étant simplissime et pas des plus ajustée, je ne la compte pas!) : le patron choisi il y a bien longtemps, j’avais opté pour un joli tissu marron à grande fleurs, pas du tout mon style, j’ai hésité longtemps, décalqué le patron à ma taille et enfin, au mois d’août dernier, j’ai dégainé les ciseaux et je me suis lancée. Presque finie à la fin du mois d’août, j’ai perdu quelque peu ma motivation à la fin de l’été. Eh oui, pour moi robe = été, et encore plus avec un tissu à fleurs. Du coup, elle est restée dans mes tiroirs de choses à terminer un jour (tiroirs qui débordent d’ailleurs, il faudrait que je pense à me trouver d’autres tiroirs où mettre mes nouveaux projets à terminer).

Robe (Butterick) homemade
passée à la machine hier, elle est un peu froissée

En octobre dernier (oui, il y a eu plusieurs étapes à ce projet-boulet comme on dit), je m’y suis remise, j’allais passer quelques jours en Martinique et pour moi Antilles = robe à fleurs (cliché dites-vous?). Pas eu trop le temps de m’y mettre avant de partir, il me restait à coudre la fermeture éclair, j’ai donc embarqué mon matériel de couture (aiguille et fil, pas la machine ne vous inquiétez pas!) là-bas pour la finir sur place. Les connaisseurs se moqueront, je ne l’avais pas prévu, mais le temps ne s’est pas vraiment prêté à la couture d’une robe doublée (même avec de fin cotons), alors de là à la finir en vitesse pour la porter sous 40°C avec 90% d’humidité (j’exagère?) j’ai re-laissé tomber. Robe (Butterick) homemade Et puis, il y a quelques jours, je me suis enfin mise aux finitions. Est-ce lié à mon départ à la mer demain? Oui car, vous l’aurez compris, pour moi robe = mer. En plus, les finitions étaient minimes : reprendre ces coutures main du zip que j’avais baclées, et retoucher aux épaules : la robe baillait sur le buste, j’ai juste réduit de 7cm de chaque côté aux épaules et là elle tombe nickel! Si vous cherchez la petite bête, oui, j’ai improvisé en bas du zip, en fait il n’y avait pas trop d’explications pour coudre le zip entre le tissu extérieur et la doublure, j’ai donc improvisé, mal. Je pense qu’avec mon année d’expérience en cours de couture, j’aurais improvisé différemment (et sans doute mieux) si je l’avais fait maintenant. Enfin, elle est faite, et j’espère la porter à la mer! Robe (Butterick) homemade Détails techniques : le patron est une pochette Butterick et le tissu d’une origine inconnue!

Je viens de vous raconter le “1 an” dans les détails et j’entends ce qui suivent demander “et le 1 jour??”.

Jupe (Tendances Couture n°4)Pour replacer un peu le contexte, quand je pars en vacances, je suis stressée : peur d’oublier des choses, peur de m’ennuyer dans l’avion, peur de ne pas avoir les bons vêtements à me mettre. Bon ce ne sont pas de vraies peurs, disons des inquiétudes, et ces inquiétudes me prennent généralement une bonne semaine avant le départ. Ce qui gâche un peu le plaisir.

Mais là, à me dire que j’aurais bien apporté une jupe toute simple droite (une un peu nouvelle parce que mes 2 jupes que je mets d’ailleurs très souvent en été, je les ai depuis une quinzaine d’années), il y a 2 jours, au lieu de me stresser pour ma valise à faire, j’ai eu comme un sursaut, j’ai commencé une jupe, comme ça : choix du patron, choix du tissu, décalquage du patron, etc, tout ça en une après-midi. J’exagère un peu en disant “1 jour”, j’ai fini le lendemain les 2 dernières coutures, mais pour moi c’est une prouesse, j’ai même failli m’en faire une 2ème, mais je n’ai pas trouvé le tissu adéquat (faut croire que j’ai pas assez de tissus dans mes tiroirs!).

Jupe (Tendances Couture n°4) Jupe (Tendances Couture n°4)

Pour les détails techniques, le patron vient d’un Tendances Couture (n°4) (acheté évidemment sur les conseils de Sakiko). Une jupe toute simple et faite les doigts dans le nez. Le tissu venait de chutes de rideaux que quelqu’un m’a données récemment, du lin (? euh bon, suis pas une pro des tissus) assez rigide. Le morceau était juste suffisant pour faire une jupe (+ un loupé de découpe!) Jupe (Tendances Couture n°4)Note pour plus tard : ne jamais faire de photos au soleil avec un tissu à trame, ça pique les yeux. Le rendu de la dernière photo correspond mieux à la vraie vie.

Sur ce, je peux partir en vacances tranquille, j’ai plein de bouquins, des mots croisés, un maillot et des vêtements faits par moi! Je vous souhaite un bel été!  

Mer calme à peu agitée

La mer a l’air bien calme ici, mais c’est juste une impression. Beaucoup de choses en mouvement et surtout un voyage tant attendu en perspective!

En attendant des précisions, un petit cadeau de naissance, ça faisait longtemps, mais j’ai bien l’impression que ce genre de choses arrivent par vagues…

Cette année, il y aura quelques nouveaux bébés dans mon entourage et je vais me faire un plaisir de leur fabriquer des cadeaux faits-main. Mais j’ai une petite préférence pour les cadeaux pour fille!

Plaid patchwork de naissance

En fan absolue de motifs en tout genre, j’ai bien évidemment un certain nombre de papiers en stock que je me réjouis d’utiliser pour des commandes diverses. Mais j’ai tout autant de tissus, chose assez difficilement justifiable puisque je couds très très peu. Il faut donc bien de temps en temps, piocher dans ce stock qui ne cesse de grandir.

Plaid patchwork de naissance

Et puis, il faut bien l’avouer, jusque là j’avais beaucoup tricoté pour les nouveaux-nés de mon entourage, mais, passer plusieurs heures à tricoter quelques chose qui ne sera (presque) pas porté, ça n’est pas très motivant!

Plaid patchwork de naissance Plaid patchwork de naissance

D’où l’idée de cette couverture rose et verte, doublée de polaire noire, pour les sorties au parc et que j’aurais bien gardée pour moi (et mes sorties au parc…), mais il aurait fallu tripler les dimensions… Dommage pour moi, tant mieux pour les parents qui avaient l’air ravis. Et puis, il me reste suffisamment de tissus de toutes les couleurs si un jour l’envie me prend!

Plaid patchwork de naissance

Impossible de le cacher, je suis légèrement obsessionnelle et qui dit 1er patchwork, dit réflexion intense avant de tout découper n’importe comment. J’ai donc pris en photo un à un les tissus choisis et fais mes tests pour les emplacements de motifs sur un logiciel style photoshop (mais libre!). Après ça, j’ai fait un plan exact de toutes les découpes à faire sur un logiciel de dessin vectoriel style illustrator (mais libre!) (pourquoi faire simple quand on peut utiliser 2 logiciels pour le prix d’un?!), et ensuite j’ai tout découpé à l’arrache!! M’enfin, au final ça a bien donné un rectangle de 70cm x 75cm (à 2cm près).

plan de coupe pour patchwork de naissance plan de coupe pour patchwork de naissance

Bien sûr, le plan si minutieusement préparé a été modifié, saurez-vous trouver les différences?!
Plaid patchwork de naissanceLes tissus viennent de , d’ici (salon AEF), de Bruxelles  et de Toto soldes!

 

cadeau de noël ou cadeau de 30 ans?

Quelques jours après noël, nous nous sommes réunies pour nos 30 ans avec mes plus vieilles copines : les copines de crèche (et de primaire).
Sac vert et jaune
J’avais envie de leur faire une petit cadeau et dans mes tiroirs j’avais de beaux tissus que je n’osais pas toucher de peur de les gâcher : l’occasion était enfin trouvée!
Sac bleu
J’allais leur fabriquer un petit sac pliable à ranger dans son sac à main pour le sortir en cas d’urgence.
4 sacs avec 4 beaux tissus!
Sauf que j’ai eu cette merveilleuse idée la vieille de notre goûter “de noël et de 30 ans” et que le temps de laver les tissus et d’assembler le tout, ça n’était pas prêt pour notre rendez-vous.
Sac bleu fleuri
Il me restait les côtés à coudre (sans oublier d’y glisser les élastiques pour refermer les sacs – ce qui m’est arrivé quand même 2 fois sur les 4 sacs…) et les anses. Le jour J, j’ai apporté les sacs en cours de réalisation pour qu’elles choisissent leurs couleurs.

sac orange et vert

2 mois après, j’ai enfin décidé de ressortir ma machine à coudre.

Chacune a donc eu pour ses 30 ans (et des poussières) son petit sac (ou tote bag pour être tendance) à plier en 3 et à rouler pour le refermer grâce à son bouton de nacre assorti.
les 4 sacs dépliés
Pour l’idée du pliage, j’ai dû m’inspirer d’un tuto, mais je ne sais plus d’où…

Complément au tuto du sac à langer des mères taupes

Après réclamation, voici enfin le petit complément au tuto du sac à langer que j’aime me prendre la tête à faire!

Tout ceci se base sur le tuto des mères taupes qui correspondait exactement à ce que je cherchais : un sac à langer pratique avec plein de poches! Pour ma 2ème version, j’y ai ajouté un petit délire perso : un tapis à langer intégré pour en faire un sac à rabat amovible! En gros j’ai mixé le tuto du sac à langer avec celui du tapis à langer.

Le matériel nécessaire est le même que pour le sac normal sauf que j’ai enlevé quelques poches que je pensais superflues mais qu’en fait j’aurais pu laisser (poche à soufflet du devant et poche plate du dos).

Matériel pour la base du sac avec la sangle :

  • toile extérieure + doublure (ici le tout venait de Toto soldes) ;
  • fermeture éclair de 60 cm pour l’ouverture principale ;
  • fermeture éclair de 30 cm pour la poche intérieure ;
  • élastique de 40 cm (et pas 1 centimètre de moins!) 3cm de largeur pour les poches intérieures ;
  • 1m50 de sangle ;
  • 2 anneaux en demi-lune ;
  • 2 mousquetons ;
  • 1 boucle de réglage.

Matériel pour le tapis à langer intégré :

  • 2 rectangles de 37 x 60 cm de toile extérieure et de doublure ;
  • 8 boutons pressions ;
  • 1 bouton pression magnétique (mon petit plaisir, je trouve ça tellement chic!) ;
  • fermeture éclair 40cm séparable ;
  • 2 rectangles de 33 x 55 cm de tissu éponge ou 2 vieilles serviettes éponges (propres!) ;
  • du biais (4m pour le tissu éponge, 2m pour le rabat en option).

 

Cette fois-ci, je n’ai pas fait l’étui à tétine et le protège-épaule (trop de détails tue les détails – ou plutôt trop de flemme, etc …).

Pour le patron, je vous conseille de suivre le tuto initial qui est hyper détaillé. Sans oublier de découper 1 rectangle de 37cm sur 60cm dans la doublure et la toile extérieure (j’ai triplé la doublure avec de l’entoilage pour plus de tenue).

Après avoir tout découpé consciencieusement (étape 2 du tuto), passons à l’étape 2 bis :

 

Étape 2 bis : préparer le tapis à langer.

Coudre les tissus éponge comme expliqué ici . Si vous détestez la poussière de tissu éponge, passez cette étape mais ça serait dommage! Puis coudre la partie bombée des boutons pression aux 4 coins. Coudre la partie creuse des boutons pressions aux 4 coins du rectangle de doublure entoilée en faisant attention à les poser en face de ceux des tissus éponge. C’est la partie un peu délicate, puisqu’il vaut mieux que les boutons soient espacés de la même façon pour que la serviette amovible ne gondole pas. Les boutons pression ont généralement un trou au milieu qui permet d’enfoncer une aiguille (ou peut-être un crayon très fin?) pour repérer l’endroit où coudre le complémentaire. (vous remarquerez si vous avez fait 2 serviettes qu’il vous reste 4 parties creuses de bouton pression : gardez-les pour le prochain sac à langer et vous inverserez les pressions : partie creuse sur les serviettes et bombée sur le rabat, ça optimise!)

Coudre le bouton pression magnétique au milieu d’un des côtés de 37 cm.

Monter la fermeture éclair séparable de 40 cm (sur le côté opposé au bouton pression magnétique). Comment faire? Entre la doublure et la toile extérieure superposés endroit contre endroit, glisser la fermeture éclair avec le zip face à la toile extérieure. Piquer en prenant les 3 épaisseurs.

J’ai, avant de faire tout ça, surfilé la toile extérieure qui avait une fâcheuse tendance à se dépiauter au moindre mouvement, d’où les points zig-zag qu’on aperçoit sur les photos.

À cet étape, 2 choix s’offrent à vous :

  • pour faire une couture invisible : remettre les 2 tissus endroit contre endroit et piquer tout le long des 3 côtés restants en laissant une ouverture de 10 cm (ou plus selon la rigidité du tout). Retourner les tissus sur l’endroit et surpiquer tout le tour en fermant l’ouverture laissée précédemment.
  • avec les 2 tissus envers contre envers, piquer le long des 3 côtés restants, puis poser un biais. J’ai choisi cette méthode à cause de la toile qui ne se tenait pas du tout, j’avais peur qu’elle fasse comme avec les anses où j’ai dû faire un point de sauvetage après retournement sur l’endroit pour limiter les dégâts :

Si je n’ai rien oublié, le rabat est fini, reste à coudre le bouton pression magnétique sur la toile extérieure du devant du sac. Personnellement, je l’ai fait à la fin : la couture ne se voit pas à l’intérieur du sac parce que c’est dans une poche, et ça me permettait de bien ajuster le rabat, tellement habituée à ma minutie légendaire, j’avais peur que le bouton pression se retrouve complètement à l’ouest.

Ensuite, suivre toutes les étapes du tuto des mères taupes jusqu’à l’étape 7.

 Étape 7 bis : assembler le sac et le tapis

Surfiler ensemble (envers contre envers) le devant extérieur et le devant intérieur, en y ajoutant le rabat au dessus de la toile extérieure (l’envers du rabat sur l’endroit du devant) centré le long du bord de 46cm. Continuer l’étape 8 comme dans le tuto des mères taupes.

C’est fini! Vous avez un beau sac à langer 2 (et même plus) en 1 : avec ou sans rabat, avec ou sans sangle.

Une dernière modif pour la route : sur toutes les coutures intérieures, comme elles sont visibles et que je n’aime pas ça, j’ai posé un biais (bleu foncé, le même que sur le bord du rabat).

Si vous voulez éviter cette étape supplémentaire, utilisez plutôt la méthode du sceau (je dois être la seule à me comprendre là!) : faire un sac dans la toile extérieure et un autre dans la doublure, puis les emboîter et coudre le bord haut (comme dans ce tuto étape 52 ça sera plus clair). Je pense d’ailleurs que j’opterai pour cette méthode pour le prochain sac à langer (prochain?? quel prochain?? les filles, arrêtez de faire des bébés, je veux me faire un sac pour moi!!).

J’espère que tout ceci sera compréhensible, c’est la première fois que j’écris des explications couture (lues par quelqu’un d’autre que moi!), alors n’hésitez pas s’il y a des zones flous à me demander de détailler!

Sarah 1 – 0 Patron (de couture)

J’y suis arrivée, j’ai cousu une robe, une grande première d’après un patron (oui j’ai déjà fait 2 turbulettes pour le petit garçon d’une copine, à l’arrache, plus utilitaires qu’esthétiques).

J’ai lutté, mais je ne me suis pas laissée abattre, aidée de coups de pieds au cul virtuels de Sakiko, je n’ai pas abandonné!

Pourtant, ce fut laborieux, fait en plus de 5 jours. D’abord une longue soirée pour décalquer le bon patron à la bonne taille. Imaginez vous 5 patrons de robes sur une même feuille avec pour chaque morceaux 3 tailles, il vaut mieux avoir de bonnes lunettes.

Ensuite : adaptation du patron à la bonne taille. On m’avait prévenue, les patrons japonais ne sont pas faits pour les européennes. Alors j’ai agrandi le patron aux bons endroits : taille élargie et pinces de poitrine modifiée (un peu n’importe comment d’ailleurs, mais ça c’est ma spécialité).

Ensuite, à partir des morceaux de papier de soie découpés, les reporter sur le tissu et couper. C’est à partir de là que j’ai un problème : je suis capable de passer plusieurs minutes pour plier un papier en 2 sur la diagonale pour en faire un pli parfait. Mais alors pour la couture, en un mot : je bâcle. Résultat, je découpe pas très précisément, je couds encore plus au pif et au final, ça donne des pinces de poitrine pas du tout symétriques, des coutures tordues, des poches pas plates, etc.

Et puis, sûrement par manque d’expérience, je me suis plantée sur pas mal de détails. Mais ce sont des détails! Et au final, je suis très fière de la nouvelle robe de ma mère (portée par moi, parce qu’elle ne porte pas de robe sans manche…, bonne excuse pour ne pas avoir la 1ère robe pleine de défauts!) :

 

La robe est le modèle F de ce livre : Jolies robes toutes simples. Les explications sont très claires, mais j’en ai loupé quelques unes (par exemple pour le col, j’ai dû improviser). J’ai aussi oublié qu’il y avait des fronces au moment d’assembler le devant et le dos, donc un petit pli creux (à ne surtout pas regarder à la loupe) à la place pour rattraper.

Faite en lin marron (plus foncé que sur les photos), avec la doublure en coton blanc, je ne pensais pas qu’on la verrait, mais je trouve ça pas mal, ce petit détail chic (et un peu tordu) sur le col et la patte de boutonnage (sans bouton). À porter avec une broche, mais comble du comble, je n’en ai plus!

Voilà pour mes premiers pas de couturière amateure, ça vaut quand même le coup de se prendre la tête, non?

Défi 13 : le sac à langer toutes options

Voilà enfin mon 2ème essai de sac à langer! Le 1er (fait à partir de ce tuto vraiment bien) avait le goût de la nouveauté, un premier grand projet couture qui m’avait occupée pendant presque 3 mois (pas à temps plein quand même!).

La réalisation du 2ème sac fut beaucoup plus laborieuse!

Pour celui-ci, j’ai modifié le patron de base en rajoutant un rabat-tapis à langer. Idée de la future maman ou de ma pomme, je ne sais plus. En tout cas, je trouve ça bien pratique!

Réalisé beaucoup plus rapidement que le 1er ou plutôt je n’ai pas fait plusieurs jours de pauses entre chaque couture… Eh oui, il fallait qu’il soit prêt pour ma 1ère participation au Défi 13 et aussi pour la naissance de Celle-dont-on-ne-connaît-pas-encore-le-nom (qui pourrait arriver d’un instant à l’autre). Même si c’était ma 2ème version, j’ai quand même fait des bourdes et il me manque également un peu de matériel pour finir la bandoulière réglable (et je l’espère retirable si j’arrive à réparer ma dernière erreur).

Les modifs sont donc :

  • pas de poches extérieures : avec le rabat j’avais l’impression que ça serait de trop. Finalement, j’aurais pu, mais ça m’aurait pris encore plus de temps! ;
  • la poche intérieure est plus petite que prévue (c’était tout réfléchi…non ça n’est pas parce que je n’ai pas pris la bonne taille de fermeture éclair) ;
  • un grand rabat qui sert aussi de tapis à langer : il est détachable grâce à une grande fermeture éclair qui s’accroche au sac à l’arrière.
    Évidemment la serviette éponge peut-être retirée comme sur le tapis à langer que j’ai fait récemment.

Je crois que c’est tout pour les grands changements. Bon j’ai aussi par quelques erreurs modifié sans le vouloir le patron. Par exemple :

  • les 3 poches élastiques de l’intérieur ne sont pas de la même taille. L’une est même tellement petite qu’on peut juste y mettre des stylos je pense!
  • Au moment de coudre le rabat sur le sac, je me suis rendue compte que la fermeture n’était pas détachable. Grand moment de solitude, j’ai failli faire un tapis à langer détachable mais pas jusqu’au bout. Ça aurait été pratique! Par miracle, j’avais un zip d’à peu près la bonne taille et la bonne couleur en stock (qui était destiné à mon sac de gym commencé il y a 3 ans et toujours en attente).
  • Les poignées ne sont pas cousues à l’extérieur mais à l’intérieur. La toile extérieure s’effilochait trop, j’ai dû réparer une  mini-catastrophe ;
  • et donc pour l’instant la sangle n’est pas retirable.

Je suis malgré tout très contente de ce sac : il est bien pratique, peut être porté par la papa et par la maman (requête expresse des parents) et en plus ils est modulable! Soit avec rabat pour le change au milieu de la balade dominicale, soit sans rabat, mais aussi avec ou sans la sangle.

Tellement pratique ce sac que j’ai fait de belles photos pendant la réalisation pour vous montrer les étapes. Donc à venir mon premier tuto de sac (en fait un patch au tuto initial, puisque je n’ai fait que rajouter des fonctionnalités!).

Pour voir la galerie des créations du Défi 13, c’est ICI!

 

PS : je ne me suis pas réveillée ce matin avec le super-pouvoir de prendre de belles photos (ça m’aurait bien plu), mais c’est mon photographe préféré qui s’est dévoué!

Cadeau de naissance ou comment être fière de 3 bouts de tissus

Il était donc temps de me remettre à la couture. Les rideaux du salon sont toujours en attente, la housse du canapé est on ne peut moins lancée, mais heureusement que les copines sont là pour me relancer dans la couture!

Après m’être achetée une nouvelle machine à coudre, ma première vraie de vraie et neuve! :

je trainais pour l’étrenner. (la photo est très moche, mais permet de rendre les suivantes beaucoup plus jolies)

Heureusement ma copine Chloé a accouché, absolument pas en avance contre toute attente. Il était temps de commencer le fameux tapis à langer.

C’est un accessoire dont j’ignorais l’existence il y a à peine quelques mois quand j’ai vu une autre copine jeune maman dégainer son tapis pour changer sa fille. J’ai gardé ça en tête précieusement et au moment de décider des futurs cadeaux de naissance à faire (il y en aura d’autres ces prochains mois), j’y ai repensé. En cherchant sur mon encyclopédie préférée (le net) j’ai découvert un joli blog et ce tuto.

Et voilà mon oeuvre. Bon OK, l’image est floue, mais je suis quand même contente du résultat!

Un tapis à langer à rouler en pochette, avec un coussin dodu pour une petite tête, 2 poches pour y mettre couches et crèmes et une serviette éponge détachable :

Le coussin est peut-être un peu gros, les 2 poches un peu tordues, le tissu un peu froissé, mais franchement je trouve l’astuce de la serviette détachable vraiment sympa. Reste plus qu’à en faire une 2ème pour que ça soit pratique à l’usage, mais le biais n’est pas mon ami (et puis je dois racheter des boutons pression).

Au final, le tapis m’a l’air un peu grand pour la crevette que je vais bientôt rencontrer. Pour la prochaine fois (même si je n’aime pas refaire 2 fois les mêmes choses, mais sait-on jamais), je réduirai la taille et surtout je rembourrerai moins le coussin, parce que là, il faut un sac à langer mastoc pour y ranger cette pochette!

Prochaine étape, le sac à langer justement, mais pour une autre copine sur le point d’accoucher (décidément, elles s’y mettent toutes d’un coup…) qui m’a fait une commande spéciale.