Crochet or not crochet?

On peut dire que je m’y suis mise : je crochète. Après un chapeau cet été (pas encore pris en photo, ni porté mais très bientôt j’y mettrai la touche finale), mon crochet des vacances de noël c’était ça :

Le jeu des 7 différences 1 différence

Un tout petit panier (modèle ici) pas trop long à faire, égayé avec mes 2 premières fleurs en crochet faites cet été pour mes premiers pas.

Au final, c’est quand même bien mignon, même si je ne sais pas trop à quoi l’utiliser.

Une chose est sûre, je ne maîtrise pas du tout le vocabulaire du crochet. Encore pire en anglais! Heureusement que la créatrice du modèle Future Girl a fait des vidéos pour les hermétiques comme moi. Il va falloir que je m’y mette sérieusement, mais ça n’égalera pas ma passion du tricot! A moins de trouver le modèle qui me fera changer d’avis?

liste de noël

A force de passer mon temps dans des salons de créateurs, réels ou virtuels, je me rends compte de la variété des créations de ces artisans qui ont souvent bien du mal à vivre de leur passion.

Et surtout, je peaufine une liste longue comme le bras de tout ce que je m’achèterai quand je jouerai (et gagnerai) au loto!

Voici une petite sélection, seulement pour le plaisir, des créations qui m’ont marquées.

From my atelier : tout y est beau, c’est du grand art. Japonais évidemment!

pique-aiguilles brodé

Lak Lak : rencontrée sur un marché, j’ai été émerveillée par ses laques. Malheureusement, je ne porte pas de bijoux (et je n’ai pas de sous, mais ça c’est une autre histoire!)

Bracelet en bois laqué

J’aurais difficilement pu omettre la poterie dans cette sélection, c’est vraiment quelque chose que j’aime, mais difficile de choisir. Celui-ci résume ma quête du motif idéal pour la terre : simple, asymétrique et japonisant!

plateau à fromage en terre, motifs vagues

La Petite Écharlotte : là aussi un coup de cœur sur un salon. De l’originalité jusqu’au bout des feuilles.

Arbre en coton

The Purple Balloon : le jour où je porterai des bijoux (autres que les miens!), je dévaliserai sa boutique…
boucles d'oreilles en fil métallique et résine coloréeCarole de La Déco pour Objet (sans sa carte, je ne me serai absolument pas souvenue du nom de sa marque!). Tout est fait avec goût et délicatesse. En fait, j’aurais aimé faire tout ce qu’elle fait!

Triptyque représentant un champ de pâquerettes. Broderie sur papier artisanal au point arrière et au point lancé à un fil.

Et enfin QiQi Gallery. C’est la première créations que j’ai repérée sur etsy. Je l’imaginais au dessus de notre lit pour me donner du peps dès le matin. J’allais la voir de temps en temps dans sa boutique, en me disant « un jour il sera à moi » et la dernière fois, malheur : il était vendu!

Bien sûr il y a des tas d’autres choses merveilleuses à voir, soit sur etsy (une mine, mais il faut savoir chercher. Mes favoris sont là), soit sur tous les marchés de créateurs qui pullulent à chaque coin de rue*.

Il faut oser s’approcher pour regarder de plus près, et au final ce n’est pas beaucoup plus cher que des produits industriels, mais on peut dire que c’est fait avec le cœur!

* il y en a partout, mais si vous faites un tour à ceux de Chatou et de Puteaux, j’y serai. Ainsi que dans le 11ème à Paris pour le Noël Improbable.

 

Guirlandes en origami : comment ça marche?

Cécile voulait une guirlande rouge, jaune et noire : ça le fait, non?

Il y a ceux qui tombent amoureux d’une guirlande sur mon site ou en salon.

Il y a ceux qui adorent mes guirlandes, mais qui en veulent une bleue et verte avec quelques touches de rouge.

Il y a ceux qui voudraient bien apprendre, mais ne savent pas comment s’y prendre.

Il y a ceux qui savent apprendre mais qui ne savent pas où acheter du papier japonais.

Pour tous ceux-là, je réponds : c’est possible!

Pour les premiers, il faut aller sur mon site. Ces temps-ci, je rajoute régulièrement de nouvelles guirlandes, plus ou moins grandes, dans des coloris variés et pour tous les goûts.

Pour ceux qui veulent LA guirlande adaptée à leur déco, c’est ici : guirlande sur-mesure.

Si vous avez peur de vous lancer ou que vous avez juste besoin d’un coup de pouce pour enfin faire votre propre guirlande, inscrivez-vous aux Bidouilles de l’Atelier le dimanche 2 décembre à Paris : les bidouilles de l’atelier.

Et enfin si vous avez besoin de papiers, c’est par ici! Et si vous me les réclamez, je mettrai des modèles bien détaillés pour plier les fameuses « bombes à eau », les cubes en papier traditionnels.

Isabelle voulait une guirlande vert anis et prune qui aille avec sa déco, mais elle voulait aussi des oiseaux!

Allez, je retourne bosser pour remplir ma petite boutique!

Défi 13 : tous à l’eau

Une fois n’est pas coutume, Sarigami rencontre le Défi13.

Comme pour les cadeaux de noël ou les cadeaux de naissance, j’aime faire des créations originales pour le Défi 13 et ne pas me reposer sur mon gagne-pain. Mais là, le thème est tombé à point nommé!

Tout a commencé avec cet aquarium qu’une amie m’a prêté pour y présenter mes guirlandes en salon.

En parallèle, pour la blague, j’ai acheté de toutes petites guirlandes à LEDs à brancher sur une prise USB, en pensant au futur cadeau d’anniversaire d’un ami (en fait c’était pour mon frère, il m’a démasquée!) qui ne passe pas une journée sans son ordi. La guirlande ayant une lumière plutôt bleutée, j’ai opté pour le bleu et comme j’ai de magnifiques papiers bleus en réserve, je m’en suis donnée à coeur joie!

J’espère qu’elle plaira au destinataire. En tout cas si elle ne lui plaît pas, il pourra toujours m’en commander une sur-mesure!!

Pour voir les réalisations des autres maniaques du fait-main c’est par ici.

 

D 13 + 1 : du chocolat!!

Ivy League Vest (Ravelry)

Je fais toujours les choses à la dernière minute c’est bien connu. Le Défi 13 ne déroge pas à la règle. Enfin si, cette fois, je suis vraiment en retard, à moins d’avoir un décalage horaire d’une vingtaine d’heure.

Mais tant pis, je suis tellement contente d’avoir enfin fini ce superbe ouvrage!

Le thème de novembre était chocolat et caramel, miam!

Une petite souris m’a glissé à l’oreille que mon joli pull jacquard (ou Fair Isle si on veut se la jouer pro) que j’ai mis des mois à finir n’avais pas trop de rapport avec le thème du Défi 13

Eh bien, au contraire, je trouve qu’il colle parfaitement : c’est un pull au 3 chocolats (chocolat noir, chocolat au lait et chocolat blanc) avec un soupçon de caramel, parfumé à la framboise et au cassis.

Tout ça donne très faim et surtout très envie de le porter! Il est d’ailleurs toujours sur sa propriétaire, quelle chance que le temps soit si pourri!

Pour info, j’aurais mis 10 mois à le finir. Le plus long aura été d’avoir le courage de faire les finitions : découpage de steeks, plantage, puis autre découpage de steeks en croisant les doigts très fort… (pour le « rentrage » de fil, on va attendre encore un peu, j’ai une réputation à tenir, et généralement je ne rentre pas les fils avant loooongtemps!).
C’est mon premier ouvrage complet en jacquard, le précédent étant une mitaine droite que je n’ai jamais associée à sa sœur à cause d’une obscure histoire de mauvais numéro d’aiguille (après plusieurs mois, comment voulez-vous que je me souvienne quelle taille  d’aiguille j’avais utilisée pour la première main?).

Allez, encore une photo, je ne m’en lasse pas!

Pour voir les réalisations des autres maniaques du fait-main c’est par ici.

Le modèle vient d’ici. Je me suis inspirée des coloris de ce projet (enfin j’ai même carrément pompé ses coloris!) .

Complément au tuto du sac à langer des mères taupes

Après réclamation, voici enfin le petit complément au tuto du sac à langer que j’aime me prendre la tête à faire!

Tout ceci se base sur le tuto des mères taupes qui correspondait exactement à ce que je cherchais : un sac à langer pratique avec plein de poches! Pour ma 2ème version, j’y ai ajouté un petit délire perso : un tapis à langer intégré pour en faire un sac à rabat amovible! En gros j’ai mixé le tuto du sac à langer avec celui du tapis à langer.

Le matériel nécessaire est le même que pour le sac normal sauf que j’ai enlevé quelques poches que je pensais superflues mais qu’en fait j’aurais pu laisser (poche à soufflet du devant et poche plate du dos).

Matériel pour la base du sac avec la sangle :

  • toile extérieure + doublure (ici le tout venait de Toto soldes) ;
  • fermeture éclair de 60 cm pour l’ouverture principale ;
  • fermeture éclair de 30 cm pour la poche intérieure ;
  • élastique de 40 cm (et pas 1 centimètre de moins!) 3cm de largeur pour les poches intérieures ;
  • 1m50 de sangle ;
  • 2 anneaux en demi-lune ;
  • 2 mousquetons ;
  • 1 boucle de réglage.

Matériel pour le tapis à langer intégré :

  • 2 rectangles de 37 x 60 cm de toile extérieure et de doublure ;
  • 8 boutons pressions ;
  • 1 bouton pression magnétique (mon petit plaisir, je trouve ça tellement chic!) ;
  • fermeture éclair 40cm séparable ;
  • 2 rectangles de 33 x 55 cm de tissu éponge ou 2 vieilles serviettes éponges (propres!) ;
  • du biais (4m pour le tissu éponge, 2m pour le rabat en option).

Cette fois-ci, je n’ai pas fait l’étui à tétine et le protège-épaule (trop de détails tue les détails – ou plutôt trop de flemme, etc …).

Pour le patron, je vous conseille de suivre le tuto initial qui est hyper détaillé. Sans oublier de découper 1 rectangle de 37cm sur 60cm dans la doublure et la toile extérieure (j’ai triplé la doublure avec de l’entoilage pour plus de tenue).

Après avoir tout découpé consciencieusement (étape 2 du tuto), passons à l’étape 2 bis :

Étape 2 bis : préparer le tapis à langer.

Coudre les tissus éponge comme expliqué ici . Si vous détestez la poussière de tissu éponge, passez cette étape mais ça serait dommage! Puis coudre la partie bombée des boutons pression aux 4 coins. Coudre la partie creuse des boutons pressions aux 4 coins du rectangle de doublure entoilée en faisant attention à les poser en face de ceux des tissus éponge. C’est la partie un peu délicate, puisqu’il vaut mieux que les boutons soient espacés de la même façon pour que la serviette amovible ne gondole pas. Les boutons pression ont généralement un trou au milieu qui permet d’enfoncer une aiguille (ou peut-être un crayon très fin?) pour repérer l’endroit où coudre le complémentaire. (vous remarquerez si vous avez fait 2 serviettes qu’il vous reste 4 parties creuses de bouton pression : gardez-les pour le prochain sac à langer et vous inverserez les pressions : partie creuse sur les serviettes et bombée sur le rabat, ça optimise!)

Coudre le bouton pression magnétique au milieu d’un des côtés de 37 cm.

Monter la fermeture éclair séparable de 40 cm (sur le côté opposé au bouton pression magnétique). Comment faire? Entre la doublure et la toile extérieure superposés endroit contre endroit, glisser la fermeture éclair avec le zip face à la toile extérieure. Piquer en prenant les 3 épaisseurs.

J’ai, avant de faire tout ça, surfilé la toile extérieure qui avait une fâcheuse tendance à se dépiauter au moindre mouvement, d’où les points zig-zag qu’on aperçoit sur les photos.

À cet étape, 2 choix s’offrent à vous :

  • pour faire une couture invisible : remettre les 2 tissus endroit contre endroit et piquer tout le long des 3 côtés restants en laissant une ouverture de 10 cm (ou plus selon la rigidité du tout). Retourner les tissus sur l’endroit et surpiquer tout le tour en fermant l’ouverture laissée précédemment.
  • avec les 2 tissus envers contre envers, piquer le long des 3 côtés restants, puis poser un biais. J’ai choisi cette méthode à cause de la toile qui ne se tenait pas du tout, j’avais peur qu’elle fasse comme avec les anses où j’ai dû faire un point de sauvetage après retournement sur l’endroit pour limiter les dégâts :

Si je n’ai rien oublié, le rabat est fini, reste à coudre le bouton pression magnétique sur la toile extérieure du devant du sac. Personnellement, je l’ai fait à la fin : la couture ne se voit pas à l’intérieur du sac parce que c’est dans une poche, et ça me permettait de bien ajuster le rabat, tellement habituée à ma minutie légendaire, j’avais peur que le bouton pression se retrouve complètement à l’ouest.

Ensuite, suivre toutes les étapes du tuto des mères taupes jusqu’à l’étape 7.

 Étape 7 bis : assembler le sac et le tapis

Surfiler ensemble (envers contre envers) le devant extérieur et le devant intérieur, en y ajoutant le rabat au dessus de la toile extérieure (l’envers du rabat sur l’endroit du devant) centré le long du bord de 46cm. Continuer l’étape 8 comme dans le tuto des mères taupes.

Édit de novembre 2019 : plusieurs années après, je me relis et ne comprends pas vraiment cette partie…! Je pense que ce que j’ai voulu écrire c’est plutôt : surfiler ensemble le dos extérieur et le dos intérieur et y ajouter la 2ème partie de la fermeture éclair  (l’envers de la fermeture sur l’endroit du dos) (à la place de l’étape 8 partie 2). Ensuite, on continue l’étape 8 et à la partie 6, on va donc coudre l’anneau en prenant bien en sandwich la fermeture éclair. Évidemment il faudra bien veiller à laisser les dents de la fermeture éclair ressortir sur l’endroit, pour pouvoir zipper le rabat.

C’est fini! Vous avez un beau sac à langer 2 (et même plus) en 1 : avec ou sans rabat, avec ou sans sangle.

Une dernière modif pour la route : sur toutes les coutures intérieures, comme elles sont visibles et que je n’aime pas ça, j’ai posé un biais (bleu foncé, le même que sur le bord du rabat).

Si vous voulez éviter cette étape supplémentaire, utilisez plutôt la méthode du sceau (je dois être la seule à me comprendre là!) : faire un sac dans la toile extérieure et un autre dans la doublure, puis les emboîter et coudre le bord haut (comme dans ce tuto étape 52 ça sera plus clair). Je pense d’ailleurs que j’opterai pour cette méthode pour le prochain sac à langer (prochain?? quel prochain?? les filles, arrêtez de faire des bébés, je veux me faire un sac pour moi!!).

J’espère que tout ceci sera compréhensible, c’est la première fois que j’écris des explications couture (lues par quelqu’un d’autre que moi!), alors n’hésitez pas s’il y a des zones flous à me demander de détailler!

Sarah 1 – 0 Patron (de couture)

J’y suis arrivée, j’ai cousu une robe, une grande première d’après un patron (oui j’ai déjà fait 2 turbulettes pour le petit garçon d’une copine, à l’arrache, plus utilitaires qu’esthétiques).

J’ai lutté, mais je ne me suis pas laissée abattre, aidée de coups de pieds au cul virtuels de Sakiko, je n’ai pas abandonné!

Pourtant, ce fut laborieux, fait en plus de 5 jours. D’abord une longue soirée pour décalquer le bon patron à la bonne taille. Imaginez vous 5 patrons de robes sur une même feuille avec pour chaque morceaux 3 tailles, il vaut mieux avoir de bonnes lunettes.

Ensuite : adaptation du patron à la bonne taille. On m’avait prévenue, les patrons japonais ne sont pas faits pour les européennes. Alors j’ai agrandi le patron aux bons endroits : taille élargie et pinces de poitrine modifiée (un peu n’importe comment d’ailleurs, mais ça c’est ma spécialité).

Ensuite, à partir des morceaux de papier de soie découpés, les reporter sur le tissu et couper. C’est à partir de là que j’ai un problème : je suis capable de passer plusieurs minutes pour plier un papier en 2 sur la diagonale pour en faire un pli parfait. Mais alors pour la couture, en un mot : je bâcle. Résultat, je découpe pas très précisément, je couds encore plus au pif et au final, ça donne des pinces de poitrine pas du tout symétriques, des coutures tordues, des poches pas plates, etc.

Et puis, sûrement par manque d’expérience, je me suis plantée sur pas mal de détails. Mais ce sont des détails! Et au final, je suis très fière de la nouvelle robe de ma mère (portée par moi, parce qu’elle ne porte pas de robe sans manche…, bonne excuse pour ne pas avoir la 1ère robe pleine de défauts!) :

 

La robe est le modèle F de ce livre : Jolies robes toutes simples. Les explications sont très claires, mais j’en ai loupé quelques unes (par exemple pour le col, j’ai dû improviser). J’ai aussi oublié qu’il y avait des fronces au moment d’assembler le devant et le dos, donc un petit pli creux (à ne surtout pas regarder à la loupe) à la place pour rattraper.

Faite en lin marron (plus foncé que sur les photos), avec la doublure en coton blanc, je ne pensais pas qu’on la verrait, mais je trouve ça pas mal, ce petit détail chic (et un peu tordu) sur le col et la patte de boutonnage (sans bouton). À porter avec une broche, mais comble du comble, je n’en ai plus!

Voilà pour mes premiers pas de couturière amateure, ça vaut quand même le coup de se prendre la tête, non?

Un jour, au crochet …

… je ferai ça :

Lacey Japanese Lantern (ravelry)

ou même ça :

Crochet Cushion Pattern (ravelry)

Plongée que je suis dans les cadeaux de naissance, je pourrai même faire celui-là :

Bear Rug (ravelry)

Soyons raisonnable, je pense que depuis ma première leçon il y a 2 semaines, j’ai déjà oublié l’essentiel… Alors si déjà j’arrive à faire une petite fleur, je serai très contente. Et si je me fabriquais une broche?

Broche fleur (ravelry)

Mais d’ici là, je peaufine le sac à langer que je n’ai pas totalement fini, eh oui, ça ne se voit pas sur les photos et j’ai oublié de le préciser vendredi : la sangle n’est pas totalement fixée (me manque des éléments!) et surtout je suis en pleine pose du biais sur les coutures intérieures… à la main! A la machine je fais vraiment n’importe quoi et ça me ferait de la peine de tout gâcher sur la dernière ligne droite!

Défi 13 : le sac à langer toutes options

Voilà enfin mon 2ème essai de sac à langer! Le 1er (fait à partir de ce tuto vraiment bien) avait le goût de la nouveauté, un premier grand projet couture qui m’avait occupée pendant presque 3 mois (pas à temps plein quand même!).

La réalisation du 2ème sac fut beaucoup plus laborieuse!

Pour celui-ci, j’ai modifié le patron de base en rajoutant un rabat-tapis à langer. Idée de la future maman ou de ma pomme, je ne sais plus. En tout cas, je trouve ça bien pratique!

Réalisé beaucoup plus rapidement que le 1er ou plutôt je n’ai pas fait plusieurs jours de pauses entre chaque couture… Eh oui, il fallait qu’il soit prêt pour ma 1ère participation au Défi 13 et aussi pour la naissance de Celle-dont-on-ne-connaît-pas-encore-le-nom (qui pourrait arriver d’un instant à l’autre). Même si c’était ma 2ème version, j’ai quand même fait des bourdes et il me manque également un peu de matériel pour finir la bandoulière réglable (et je l’espère retirable si j’arrive à réparer ma dernière erreur).

Les modifs sont donc :

  • pas de poches extérieures : avec le rabat j’avais l’impression que ça serait de trop. Finalement, j’aurais pu, mais ça m’aurait pris encore plus de temps! ;
  • la poche intérieure est plus petite que prévue (c’était tout réfléchi…non ça n’est pas parce que je n’ai pas pris la bonne taille de fermeture éclair) ;
  • un grand rabat qui sert aussi de tapis à langer : il est détachable grâce à une grande fermeture éclair qui s’accroche au sac à l’arrière.
    Évidemment la serviette éponge peut-être retirée comme sur le tapis à langer que j’ai fait récemment.

Je crois que c’est tout pour les grands changements. Bon j’ai aussi par quelques erreurs modifié sans le vouloir le patron. Par exemple :

  • les 3 poches élastiques de l’intérieur ne sont pas de la même taille. L’une est même tellement petite qu’on peut juste y mettre des stylos je pense!
  • Au moment de coudre le rabat sur le sac, je me suis rendue compte que la fermeture n’était pas détachable. Grand moment de solitude, j’ai failli faire un tapis à langer détachable mais pas jusqu’au bout. Ça aurait été pratique! Par miracle, j’avais un zip d’à peu près la bonne taille et la bonne couleur en stock (qui était destiné à mon sac de gym commencé il y a 3 ans et toujours en attente).
  • Les poignées ne sont pas cousues à l’extérieur mais à l’intérieur. La toile extérieure s’effilochait trop, j’ai dû réparer une  mini-catastrophe ;
  • et donc pour l’instant la sangle n’est pas retirable.

Je suis malgré tout très contente de ce sac : il est bien pratique, peut être porté par la papa et par la maman (requête expresse des parents) et en plus ils est modulable! Soit avec rabat pour le change au milieu de la balade dominicale, soit sans rabat, mais aussi avec ou sans la sangle.

Tellement pratique ce sac que j’ai fait de belles photos pendant la réalisation pour vous montrer les étapes. Donc à venir mon premier tuto de sac (en fait un patch au tuto initial, puisque je n’ai fait que rajouter des fonctionnalités!).

Pour voir la galerie des créations du Défi 13, c’est ICI!

 

PS : je ne me suis pas réveillée ce matin avec le super-pouvoir de prendre de belles photos (ça m’aurait bien plu), mais c’est mon photographe préféré qui s’est dévoué!

le crochet, une nouvelle corde à mes aiguilles?

Ça fait longtemps que je n’ai pas publié ici (2 semaines ça n’est pas encore catastrophique!) et pourtant ça n’est pas l’inspiration qui fait défaut. Peut-être cette manie de prendre des photos à la limite de la décence? J’ai honte de les partager… Ma résolution de 2013 sera sûrement d’apprendre à me servir d’un appareil photo!

Mais on est encore en 2012 et pour pas mal de temps, alors va falloir s’habituer (pour ma défense j’utilise mon téléphone pour prendre ces instantanés – on ne peut pas appeler ça des photos) :Ceci est ma première oeuvre au crochet! Eh oui, j’ai enfin appris à faire du crochet. J’avais essayé d’apprendre toute seule, mais je ne sais pas pourquoi, ça n’allait jamais très loin.

Samedi dernier, c’était la fête de mon quartier et Juliette de Pop Ma Chérie (chez qui je fais des ateliers origami de temps en temps) a fait une animation. L’objectif : yarn bomber la ville! Bon, on est pas allée jusque là :

Mais on a quand même recouvert notre petite rambarde!

 

 

Et donc, j’ai tricoté … euh crocheté (j’ai encore du mal à réaliser) grâce aux explications de Juliette. Et j’ai même fait une fleur :

Ce qui m’ouvre de nouveaux horizons. J’ai plein d’idées en tête mais pas encore le temps de m’y consacrer. Pour l’instant, je suis plus inspirée par de la déco, j’ai trouvé plein de choses sur ravelry (la mine des tricoteur(euse)s et crocheteur(euse)s), mais ça fera l’objet d’un prochain post parce qu’il se fait tard.

Eh oui, il faut être raisonnable : demain je me lève aux aurores pour m’installer au Carré des Ateliers de Paris (un marché de créateurs organisé ce samedi en partenariat avec Etsy – bd Richard Lenoir niveau Bréguet Sabin). La journée risque d’être chargée, et si ça recommence avec les orages, mieux vaut que je sois au taquet pour protéger mon stand de la grêle!

Allez courage, dernier marché avant des « vacances » bien méritée!